Wednesday, May 27, 2009

PhD Soutenance / Defence

Jennifer K Dick
est heureuse de vous annoncer
la soutenance de sa thèse de doctorat
en Littérature Générale et Comparée,
intitulée :

"Poésie et visuel:
domaine américain et européen:
Myung Mi Kim, Susan Howe
et Anne-Marie Albiach"

La soutenance aura lieu jeudi 4 juin
à la maison de la recherche de Paris III
à 14h00
4 rue des Irlandais, 75005 Paris

M° : Place Monge/Cardinal Lemoine (+8-10mins à pied)
RER : Luxembourg (+8-10mins à pied)
Cliquer ICI pour un lien directe pour googlemap

Un pot sera offert à l'issue de la soutenance.
Merci de bien vouloir confirmer votre présence
en m'écrivant à fragment78@gmail.com

Composition du jury :
Monsieur Jean Bessière, directeur de thèse (Université Paris III)
Monsieur Stéphane Michaud (Université de Paris III)
Madame Micéala Symington (Université de la Rochelle)
Monsieur Joanny Moulin (Université de Provence, Aix-Marseille 1)

RESUME :
« Poésie et visuel, domaine américain et européen, Anne-Marie Albiach, Myung Mi Kim et Susan Howe »

Cette thèse explore les multiples voies proposées par Anne-Marie Albiach, Myung Mi Kim et Susan Howe pour organiser visuellement l’espace de la page. L’usage de la dimension visuelle en poésie ouvre des possibilités que le Verbe a toujours eues : dépeindre, se dédoubler, et produire un écho visuel et sonore. La dimension du voir permet également la création de paradoxes par des juxtapositions d’éléments. Tout cela met en question le statut du langage et du langage poétique. Cette thèse étudie les moyens par lesquels des poésies interpellent leurs lecteurs et continuent à produire des significations qui dépassent par leur multiplicité la formation traditionnelle du sens. Ces œuvres créent des significations que l’on doit voir, et non comprendre, par le biais d’une lecture plurielle de composants (iconographiques, linguistiques, abstraits, sériels).
On prend comme point de départ l’étude des typologies du fragment et illustre comment la discrétion visuelle du fragment est intimement liée au développement de chaque poète. On interroge le rapport du mot à l’image afin de dégager des antécédents des procédés utilisés sur la page. On confirme que ces œuvres emploient des techniques « iconiques », comme le faisaient les calligrammes d’Apollinaire, mais y associent les techniques mallarméennes en étendant la lecture sur plusieurs pages. Les poésies de Howe, d’Albiach et de Kim présentent une synesthésie totale des correspondances entre des formes jusqu’à-là exploitées séparément. Par conséquent, ces œuvres radicalisent la notion de possible poétique en assimilant les techniques de la publicité, de la pop culture, du collage et du montage.

Annonce officiel sur le site de Paris III, cliquer ICI

Pour ne pas se perdre, voici encore le lien pour un plan pour trouver la maison de la recherche de Paris III (fourni par Googlemap) 4 Rue des Irlandais, 75005 Paris, Link:
<http://maps.google.fr/maps?client=firefox-a&channel=s&hl=en&q=4+rue+des+irlandais+paris+5&ie=UTF8&split=0&gl=fr&ei=nDUbSuC4DtS2jAeHsMyBDQ&ll=48.844977,2.347233&spn=0.006764,0.01914&z=16>